Se foutre la paix, ou comment être pleinement vivant selon Fabrice Midal

J’ai rencontré Fabrice Midal le 20 juin 2018, et j’ai ensuite décidé de me foutre la paix, comme il nous invite à le faire. Et bien, ça a marché : j’ai commencé à vivre.

Résultat ? Mon article à son sujet sort avec trois mois de retard. Mais j’ai bien expérimenté ses conseils : la paix, je me la suis foutue, et c’est vrai que ça permet (enfin !) de commencer à vivre. Une saison entière s’est déroulée depuis notre échange, mais quoi de mieux que d’expérimenter pleinement « le foutage de paix » pour le découvrir ? Retour sur un échange très riche avec Fabrice Midal tel qu’on le lit dans ses ouvrages : simple, transparent et authentique.

 

La méditation, tout ce que ce n’est pas

La méditation n’est pas une manière d’éviter ses problèmes, mais de les rencontrer, de les vivre pleinement. Ce n’est pas non plus une technique pour apprendre à jouer un rôle, celui de quelqu’un de zen et détendu. Non, la méditation n’est rien de tout ça. Mais zen et détendu on peut finir par l’être en pratiquant, simplement parce que l’on est soi-même et que l’on a rencontré ses difficultés.

« Quand je médite, c’est comme si je m’observais avec un microscope », nous confie Fabrice Midal. « Je développe de la précision, de la curiosité sur le moment présent. Et je peux ensuite exporter cette attitude dans ma vie quotidienne. »

La méditation formelle permet un changement dans sa vie. Cette attitude d’observation et de curiosité que je développe lorsque je pratique, je peux l’appliquer avec ma vie entière, sur tous mes ennuis, tous mes problèmes. Je peux les laisser s’intégrer à moi pour les rencontrer pleinement dans l’instant présent, et cesser de vouloir les éviter en tentant de les contrôler avec mon intellect.

Et puis, malgré les idées reçues, la méditation ce n’est pas ne rien faire ni perdre son temps. Il y a une certaine forme de passivité dans l’agitation, et curieusement une profonde activité lorsque l’on décide de tout arrêter, pour méditer par exemple.

paix

 

C’est quoi la méditation ?

« C’est se poser, se foutre la paix, entrer en rapport avec la vie, avec ce qui est, et être disponible pour écouter. La méditation ne sert pas à rendre les salariés plus performants et les enfants plus calmes. La méditation n’a pas d’autre objectif que de nous rendre plus humains. »

Voilà la définition de la méditation selon Fabrice Midal. Et j’avoue qu’il était grand temps que quelqu’un ait le courage de lui rendre ses lettres de noblesse.

 

La méditation, une technique ?

Oui. Mais pour Fabrice Midal, il n’y a pas de technique tant que nous n’avons pas expérimenté.

Des techniques, il en enseigne pourtant dans son école, et des très précises. Mais le problème, selon lui se situe bien ici : nous voulons comprendre la méditation grâce aux techniques AVANT de l’avoir expérimentée. Ce n’est pas possible. Méditer c’est développer une attitude de présence, de confiance et de bienveillance. Il faut expérimenter la méditation sans aucun objectif, avant de vouloir en découvrir les techniques.

La méditation n’a pas d’objectif. On lui en a attribué à tort, simplement parce que les gens veulent comprendre la méditation avant même de l’avoir pratiquée. Ce n’est pas possible. Pour découvrir ce qu’est la méditation, il faut accepter de s’ouvrir à l’expérience-même de la méditation, sans aucun autre objectif que de la découvrir.

Méditer c’est rentrer pleinement en rapport avec le réel. Et dans cet espace où je me fous la paix, je peux rencontrer ce que je vis.

 

La méditation, pour quoi ?

Nous avons tendance à nous mettre une grande pression : celle de vouloir parfaitement contrôler notre vie. Pour que tout ce qui nous arrive se passe exactement comme on le souhaite. Pour toujours en faire plus et encore mieux contrôler l’imprévu.

Cette injonction est une source incroyable de stress et d’émotions désagréables. Fabrice Midal nous invite à trouver le juste équilibre entre subir passivement ce qui nous arrive et être dans un combat permanent qui écrase tout autour de nous.

En pratiquant la méditation on peut contacter à l’intérieur de nous la confiance et la présence. Nous n’avons plus besoin d’aller la chercher à l’extérieur de nous, comme par exemple lorsque nous tentons de tout contrôler. Cela nous rassure, mais nous empoisonne aussi la vie.

Nous ignorons ce trésor qui habite en nous. Et ce trésor, nous pouvons le rencontrer par la pratique de la méditation. Et il nous permet de mieux entrer en rapport avec le monde.

 

La méditation, ça s’enseigne

Fabrice Midal a fondé l’Ecole Occidentale de la méditation il y a 15 ans. Trois stages de cinq jours permettent de découvrir ce qu’est la méditation, et nous pouvons ensuite enrichir notre pratique lors de séminaires thématiques.

 

***

Merci à Fabrice Midal pour sa simplicité et son courage de rappeler à tous que la méditation ne sert à rien d’autre que de nous rendre plus humains.

Fabrice Midal est philosophe, écrivain et éditeur. Il est l’un des principaux enseignants de la méditation en France et oeuvre activement pour la déployer en occident. Ses derniers ouvrages Foutez-vous la paix ! et commencez à vivre ainsi que Sauvez votre peau ! Devenez narcissique sont parus en 2017 et 2018 chez Flammarion Versilio.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s