Pourquoi lire ce blog ne sert à rien, ou comment contacter l’instant présent.

La vie n’est pas à réussir. Il n’y a rien à atteindre. Pas besoin de performer. Il n’y a pas de cases à cocher. D’objectif à dépasser ni même à réaliser. Je n’aurais pas réussi ma vie avec le sacro-saint contrat à durée infinie ni même en devenant propriétaire de mon logement. Quelles que soient « les durées indéterminées » dans lesquelles nous nous lançons (boulot, logement, etc.), tout bouge tout le temps, rien n’est certain. Et une seule chose existe : maintenant. Maintenant qui n’est déjà plus là le temps de le dire. Maintenant qui n’est pas encore arrivé avant que je ne le vive. C’est la seule chose à laquelle j’ai accès dans ma vie : maintenant, l’instant présent, cette seconde ou je sens mon cœur battre, mes poumons se remplir, l’aiguille de ma montre faire tic-tac.

Maintenant.

Je n’ai pas besoin d’attendre demain pour être heureuse. D’avoir plus d’argent, un meilleur job, un plus grand appartement ou une voiture plus spacieuse. Le bonheur se décide à l’intérieur. Quelle que soient les circonstances extérieures.

 

On abandonne nos idées reçues ?

Je serai plus heureuse quand j’aurai… Passé mon bac. Fini mes études. Trouvé mon premier emploi. Fini ma journée. Serai en week-end. Et puis même en vacances. Quand j’aurai acheté une voiture. Meublé mon logement. Vendu ma voiture. Quand j’aurai trouvé l’amour. Changé de travail. Déménagé pour plus grand. Quand je serai à nouveau célibataire. Plus sportive. Mieux organisée. Quand j’aurai acheté une nouvelle voiture. Agrandi ma maison. Réaménagé la terrasse. Quand je me serai mariée. Quand j’aurai eu des enfants. Quand ils seront à la crèche, à l’école, à l’université. Quand ils auront fini leurs études. Se seront installés. Auront trouvé un travail. Quand je serai enfin à la retraite. Quand j’aurai du temps. Quand je…

paix.png

 

Pourquoi je ne profite pas de l’instant présent ?

« On envisage le présent d’une chiantitude absolue en rêvant d’un futur toujours plus glorieux, ensoleillé, lumineux et enjoué. Comme si aujourd’hui était un morne film muet en noir et blanc, et demain une grande saga 3D en dolby surround maxi stereo full HD 360°. »

Mais what the fuck ? (pardonnez ma vulgarité, mais le sujet le mérite vraiment !)

Mais qu’est-ce qui nous a mis ça dans la tête ? Cette histoire de début et de fin, comme dans un film où tout s’arrange à l’approche du générique final ? Cette attente infinie d’un jour plus radieux, comme si derrière notre fenêtre pluvieuse du présent on rêvait d’un meilleur lendemain ?

Mais le lendemain n’existe pas.

Il n’existe qu’une suite infinie de petits présents qu’on appelle justement « le présent » (ah ah curieux hasard de la langue française, ne croyez-vous pas ? tiens donc ça marche aussi en anglais… mon dieu, ne serait-ce donc pas le fruit du hasard alors ?). Un collier de perles infini d’opportunités quotidiennes de savourer ce qui est là (ou n’est pas là), de célébrer tout ce qui fait que notre vie vaut la peine d’être vécue, le moindre petit grain de sel qui fait qu’elle n’est pas vide ni inutile. Qu’elle n’est pas vaine ou à moitié réussie. Qu’elle ne s’arrête pas en même temps qu’un contrat de travail, ou de mariage, ni à la fin du week-end ou celle des vacances. Pas plus qu’elle ne s’arrête lorsqu’on a pris du poids, une poussée d’acné, perdu nos cheveux, ou une méga tache de grossesse en plein milieu du front.

Notre capacité à savourer la vie vit en nous constamment. C’est-à-dire dans chaque micro-moment qu’on appelle l’instant présent.

J’ai le pouvoir de la contacter. Moi seule. Mon bonheur ne dépend pas des circonstances extérieures. Mon bonheur vient de l’intérieur.

 

 

Le bonheur est un art de vivre qui est en nous. En chacun de nous.

Alors oui ce n’est pas simple tous les jours. Mais on n’a pas besoin de savourer chaque seconde de notre existence pour avoir l’impression d’avoir réussi sa vie.

Mettez vous en colère. Hurlez. Tapez du point. Pleurez. Trépignez d’impatience. Maudissez les autres. Et vous-mêmes. Disparaissez sous votre plaid à dévorer de la série télé. Soyez chiant à en crever. Voulez tout et son contraire.

Mais faites-le pleinement.

Et si une seconde seulement au milieu de tout ça vous sentez la vie en vous, vous pourrez dire que vous avez réussi votre vie. Parce que la seule réussite que l’on peut attendre de la vie, c’est de la vivre.

 

 

6 pistes pour y arriver dès aujourd’hui ?

La méditation pour les nuls, ou bien celle du foutage de paix, savoir dire merci, repérer les kifs de sa vie et ce qui ne vieillit jamais en moi. Et sinon arrêtez donc de me lire et allez juste vivre en fait.

Des bisous en partant.

8 réflexions sur “Pourquoi lire ce blog ne sert à rien, ou comment contacter l’instant présent.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s